Vous avez dit serein ?

Serein, vous avez dit  serein ?  Ecouter ici :

        A la rentrée des classes, le Ministre de l’Education nationale était plutôt serein, sa côte de popularité était au beau fixe, mais, au fil des mois, » l’Ecole de la confiance » qu’il ambitionnait de mettre en place n’a pas eu l’effet escompté chez les enseignants mais aussi chez nombre de nos concitoyens. Lire la suite

Bac 2018, échecs, victoire et après ?

Écouter les prologues ci-dessous :

Bac 2018

 Les suites de la victoire des bleus

L’ évaluation

Une réflexion de saison :  De quelle manière ÉVALUER ?  ?

          L’évaluation en questions

       L’examen universitaire est l’outil qui permet d’établir la valeur symbolique du diplôme à partir de la certification des apprentissages. C’est le premier acte de la reconnaissance d’une qualification sur la marché du travail. Mais, nous pouvons légitimement questionner l’idée même d’ascension sociale. Ainsi, une étude récente menée par deux économistes, Eric MAURIN et Sandra MC NALLY sur des étudiants de mai 68 le montre bien. La désorganisation du baccalauréat et des examens universitaires souvent « allégés » s’est soldée, cette année là, par des taux de réussite supérieurs aux années antérieures. Or, les étudiants ont finalement accédé à des positions sociales auxquelles ils n’auraient pu prétendre s’ils avaient subi l’épreuve de l’examen. La justice sociale n’est donc pas garantie. Il faudrait plutôt s’intéresser à des  méthodes alternatives de reconnaissance des savoirs.

Lire la suite

Etudiants livrés au marché de l’anxiété

Ecouter : Etudiants livrés aux marché de l’anxiété

Le monde étudiant est morose, l’Etat se désinvestit en effet de l’université à mesure que ses effectifs augmentent. En six ans, 280 000 étudiants supplémentaires ont été recensés alors que, dans le même temps, 7147 postes d’enseignants ont été supprimés. C’est dans ce contexte que la loi relative à l‘Orientation et à la réussite étudiante intervient.

Fondé sur deux volets, sélection à l’université et réforme du baccalauréat et du lycée, ce texte sonne le glas des politiques de démocratisation d’accès à l’enseignement supérieur menées depuis les années 1960 dans le but d’élargir le nombre de salariés qualifiés. Lire la suite

La vraie intelligence

     Albert JACQUARD , le Généticien et humaniste, nous parle de l ‘ intelligence, l’intelligence du coeur, en fait… Ainsi a-t-il pu dire lors d’une manifestation pour les « sans papiers  » Ce n’est pas des papiers pour tous, mais pour personne qu’il nous faut réclamer !!!

Fraternité libre

Lire la suite

Tirer sa vie au sort !

Billet d’humeur de Patrick FIGEAC :                            Tirer sa vie au sort !

Tirer sa vie au sort ?                     29/07/2017

      Nous parlons beaucoup, ces temps-ci, du tirage au sort à propos des candidats qui se voient évincés de leurs choix initiaux à l’ université. Cette mesure est contestable à bie des égards; Et pourtant !! Il y a 2500 ans à Athènes, c’est par tirage au sort  qu’étaient désignés les membres de la «Bollée», assemblée qui régissait la ville. Les Vénitiens utilisaient des boules pour élire leur doge. À Florence, au XIII me siècle, pour nommer les juges, le tirage au sort était également requis. Cette pratique fut aussi mise en oeuvre pour former l’assemblée constituante de 1000 personnes réunies en Islande en 2011.
Les jurys populaires sont sélectionnés selon cette même procédure. Aristote, Platon, Montesquieu, Rousseau l’ont célébré dans leurs écrits. Mais gouverner et sélectionner des candidats ne relèvent pas de la même logique. C’est justement ce qui fait scandale en France, seul pays au monde à le pratiquer avec la Belgique qui ne l’utilise que pour départager les candidats étrangers. Certes, ces procédés ne concernent que 1% des postulants. Face au boum démographique, certaines licences sopnt prises d’assaut et les responsables n’ont pas trouvé mieux pour choisir les candidats. Ce mécanisme est révélateur d’une société qui n’ose pas affronter les enjeux de l’excellence. Il prive les jeunes de leut vrai choix et le pays des meilleurs diplômés. Et comme par hasard, il ne touche pratiquement que les titulaires du bac professionnel, issus pour la plupart des milieux défavorisés !  Lire la suite

Les colos ont-elles de l’avenir ?

       Les colonies de vacances étaient l’occasion pour des jeunes de s’ouvrir aux autres, de découvrir d’autres milieux sociaux. Ce temps semble être révolu. En cause, le coût mais aussi la faillite des institutions incapables d’apporter une aide aux familles les plus démunies.   Que sont devenus les colos et  camps d’ados PTT, SNCF, et même ceux des comités d’entreprise ?

 Découvrir l’article ici 

Décrochage, à qui la faute ?

            ♫    Décrochage à qui la faute ?! …

Voici le prologue de Patrick FIGEAC  !!

Décrochage, à qui la faute ?

        Qui est responsable du décrochage de certains élèves ? L’école ? Les difficultés scolaires, les mauvaises notes, le sentiment d’être rejeté, de ne pas être reconnu, le redoublement, l’orientation par défaut jouent un rôle non négligeable dans ce phénomène.

La classe ? La mise à l’écart des plus faibles, des plus perturbateurs, l’incapacité à gérer l’hétérogénéité de plus en plus grande, le manque de temps, des effectifs chargés expliquent aussi en partie le décrochage.

Sans oublier des causes exogènes, difficultés familiales, psychologiques qui pèsent lourd dans le cartable de certains enfants.

     Mais, le système éducatif dans son ensemble ne l’organiserait-il pas, de manière plus ou moins consciente ? Quels sont les publics les plus touchés ? Les lycées professionnels, les jeunes issus des quartiers populaires qui ne bénéficient pas toujours des conditions les meilleures pour réussir leur scolarité. Nous savons en effet comment le milieu familial et l’arrière-plan socio-économique se conjuguent souvent pour perturber les études . Autant de facteurs qui pénalisent les plus fragiles !!

Formidable gâchis tant sur le plan humain que financier, le décrochage nécessite une approche plurielle et doit être « l’affaire » de toutes celles et de tous ceux qui oeuvrent dans et autour de l’institution scolaire.

Même si les causes sont multiples, ni l’école, ni la famille  ne peuvent  se dédouaner. À nous d’être vigilant(e)s !!!!