Lire une histoire le soir, c’est bon pour le cerveau !

 

imagination créative

une lecture le soir, c’est bon pour le cerveau !

Nous nous en doutions; la lecture d’histoires le soir à nos enfants est un bain de jouvence sur leur cerveau en construction. En savoir plus ici !

Des ressources éducatives variées sur le site québecois RIRE

Révélations des neurosciences à propos de la lecture et du pouvoir des mots

      Cette étude selon les neurosciences   souligne l’importance de la lecture, activant de nombreux processus de la maturation cérébrale tels que l’ empathie, l’ imagination sensorielle, émotionnelle , ect ..

C’est évident … de traduire nos perceptions ? !

Une nouvelle chronique, diffusée par radio4 et sur ce site,  par Daniel DESCOMPS au micro de Patrick Figeac :

Bousculons les évidences !! 

♪ Notre cerveau sensoriel

La captivité chez l’orque et chez l’homme

Cerveaux comparables

Cerveaux humain et dauphin

Voici un article publié par le blog  » Les dauphins «    qui corrobore complètement le

 » Plaidoyer pour les animaux », récent ouvrage de l’interprète du Dalaï Lama .              L’ amitié du règne animal nous est offerte : jugez-en par vous-mêmes en visionnant     …..    un kayak sur le dos d’une baleine !

Effet Mozard et neuro-mythes …

        Découvrez  cet article  ANTI neuro-mythes avec ÉDUCAVOX  et par le Webinet des curiosités ; vaste est  le flou des  frontières entre expériences et interprétations de celles-ci !!!

Et quoi qu’il s’ en dise …  Écoutons MOZART ! … Et offrons-le aux oreilles de nos enfants !!!

Connectés même la nuit !

      De plus en plus accros à leurs mobiles, à internet, nos jeunes dorment de moins en moins. Ils se réveillent la nuit pour se connecter à des réseaux sociaux, s’ envoyer des SMS , jouer avec leur portable ou leur console. Ces pratiques sont inquiétantes et montrent des changements de comportement  des adolescents avec des écrans .

      Un sur quatre dort moins de 7 heures par nuit la veille des jours de classe. 16% des enfants de 11 ans accuseraient ainsi un déficit de 2 heures de sommeil, ce pourcentage grimperait à 40% chez les adolescents de 15 ans. Les conséquences de cette carence sont importantes; de nombreux travaux ont en effet montré les incidences du sommeil sur la santé et l’équilibre psycho-physiologique: fatigue, irritabilité, manque d’attention, de concentration, risques accrus d’accidents et même d’obésité. Les chercheurs pointent aussi la nette progression de médicaments hypnotiques, anxiolytiques chez des patients de plus en plus jeunes.  L’organisation du cortex cérébral , la plasticité neuronale sont aussi affectées par une veille excessive. En outre, dormir permet au cerveau de se nettoyer des déchets accumulés pendant l’éveil. Ignorant ces bienfaits, stimulés par cette addiction grandissante aux écrans, nos enfants diminuent cette pause nocture pourtant réparatrice et indispensable à leur équilibre. Lire la suite