À propos …

                                         ETHIQUE –  VALEURS  et  CONVICTIONS.

* Pas d’apprentissages possibles sans des  compétences socles assimilées ou en cours  d’ intégration !… « 

♫  intermède……. musical  ♫   ♩

                Explications  :  le vivant et les compétences socles_  ♪ Patrick FIGEAC

 CHARTE DE L’APPRENTISSAGE 

Voici les préalables que nous tenons à affirmer et que nous incarnons à travers l’ensemble de nos activités !

1- L’apprentissage ne se décrète pas, rien ne permet de l’imposer à quiconque.

2- L’apprentissage s’effectue pour chacun, à sa propre initiative et requiert le courage de tous les commencements.

3- Chacun apprends selon une stratégie qui lui est propre mais qui pour autant n’est pas figée, il peut la modifier et l’enrichir en fonction de ses expériences.

4- Parce qu’apprendre est difficile, il est essentiel de fournir à chacun les points d’appui qui peuvent l’aider et l’environnement susceptible de lui faciliter la tâche.

5- Dans tout apprentissage, il est impossible de séparer la méthode et le contenu, l’affectif et le cognitif, l’individuel et le social.

6- Apprendre, c’est s’enrichir et progresser, c’est toujours dépasser le donné et subvertir un ordre social où chacun aurait une place définitivement attribuée.

7- Tout le monde peut apprendre et nul ne peut jamais décider que, pour une personne donnée, un apprentissage est définitivement impossible.

8- Apprendre, c’est construire l’Humanité dans l’Homme, accéder à l’universalité d’une culture qui s’ébauche quand l’Homme refuse de soumettre l’Autremais décide de se soumettre avec l’Autre à un échange sans violence.

9- « On ne peut rien enseigner, on ne peut que faciliter les moyens d’apprendre.»

10- « Nous sommes nés pour apprendre, si nous n’y parvenons pas, la responsabilité de l’environnement est totale.»

*        *        *        *        *        *        *        *

                                                 FONDEMENTS ANTHROPOLOGIQUES

L’audition préside à la réception,  transmission et perception des stimulations sonores.

À l’écoute correspond la discrimination, l’identification, l’intégration avec ses composantes mnésiques et comportementales.

Si l’audition réfère à l’acte de recevoir, d’entendre, l’écoute implique le désir d’appréhension du son et se définit comme un processus de conscience, de gnosie et d’attention.

    Toutes ses considérations nous amènent à insister sur le reflet en l’homme du monde, des choses, et à prendre en considération les travaux de Marcel JOUSSE. Sa saisie perspicace du fonctionnement humain nous fait comprendre comment l’homme reçoit spontanément les interactions du cosmos, les joies, les rejoue corporellement, manuellement, laryngo-buccalement. La bouche, en effet, est là pour répercuter l’oreille et devient de facto le résonateur du son des choses.

Ecouter, c’est recevoir, enregistrer, rejouer. L’enfant reçoit et se comporte comme un étrange miroir fluide sans cesse renouvelé. Il enregistre et rejoue par les gestes de tout son corps et de tous ses muscles les actes de son univers.

     Une pédagogie véritablement anthropologique nécessite la prise en compte de cet aspect. Nos enfants d’aujourd’hui entrent très jeunes à l’école.     Il convient sans doute de veiller à l’initiation de leur oreille, à développer chez eux l’écoute subtile du son des choses. Le développement de la parole elle-même est lié de façon évidente à la mise en jeu harmonieuse de ces processus psycho-sensori-moteurs, mise en jeu synesthésique comme peut l’être l’acte de la parole.

           L’écoute et le corps sont difficilement indissociables de la parole, fonction globale à laquelle concourt l’intégrité de l’être psychique, sensori-moteur, affectif, émotionnel. En amont, nous rencontrons toujours les synesthésies fondamentales  avec ce que Mesker dénomme  « le mot primaire, ensemble de sensations et de gestes mémorisés, « le mot secondaire »  qui serait alors de l’ordre de la parole parlée, « le mot terciaire »  du mot écrit. Ce dernier contiendrait l’Etre et y accéder ne pourrait se faire que par le chemin de la vie.

       C’est le cheminement que nous avons développé avec le concept de « Bilan Personnalisé et Localisé »  ( B.P.L )  …. qui nous permet d’explorer un sujet.

THÈMES DE RÉFLEXION

Bien poser le problème des rythmes scolaires !

Article de Bernard COLLOT :

 » Vers des espaces éducatifs permanents « 

❖                           ❖                           ✑                             ❖                             ❖

S’INFORMER : La scolarisation des élèves handicapés.

Ici , la politique éducative en faveur de l’intégration des handicapés

décrit comment mettre en oeuvre   » La personnalisation des parcours « .

l'oujat egyptien

 

ANTHROPOLOGIE ET ÉCOUTE

       Un texte de notre ami le Docteur Jean ALEXIS qui apporte un éclairage sur l’écoute humaine, un des fondements de notre approche anthropologique que nous nous employons à enseigner et à mettre en oeuvre dans les stages et suivis d’élèves que nous organisons à la demande.

Vous lirez aussi avec profit le diaporama sur le développement de l’écoute présenté, sur notre site par le Docteur Bernard AURIOL.

 ENTENDRE EST UNE FONCTION, ECOUTER EST UN ART !!

 

L’autre pôle  anthropologique fondateur de notre humanité est constitué par la main.

La main, outil pédagogique ?

☞ L’organe qui occupe le plus vaste espace de nos aires neuronales !!

Voici un article très bien documenté de notre ami Gabriel RACLE. 

La_main_par Gabriel Racle 

en Bretagne

Appel à contributions :

 LA PART DE LA MAIN

( revue web de Sciences Humaines et Sociales)

Ethnographiques.org

 ☝

page mise à jour le 23/10/2014

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *