Etudiants livrés au marché de l’anxiété

Ecouter : Etudiants livrés aux marché de l’anxiété

Le monde étudiant est morose, l’Etat se désinvestit en effet de l’université à mesure que ses effectifs augmentent. En six ans, 280 000 étudiants supplémentaires ont été recensés alors que, dans le même temps, 7147 postes d’enseignants ont été supprimés. C’est dans ce contexte que la loi relative à l‘Orientation et à la réussite étudiante intervient.

Fondé sur deux volets, sélection à l’université et réforme du baccalauréat et du lycée, ce texte sonne le glas des politiques de démocratisation d’accès à l’enseignement supérieur menées depuis les années 1960 dans le but d’élargir le nombre de salariés qualifiés. Lire la suite

Bien-être à l’école : en finir avec le bizutage !

     L’étude PISA, après avoir porté sur le bien-être des élèves français à l’école, a fait des recommandations, les voici , parues en Avril 2017 dans le café pédagogique.  Mais qu’en est-il des jeunes adultes, à peine majeurs et qui assistent dès leur arrivée dans l’enseignement dit « super supérieur  » à des mises en scènes publiques de harcèlement via des désignés , voire d’office ( handicapés ..;( ) etc … Ecole de vétérinaire, des arts et métiers bref, c’est suffisant 2 témoignages directs de vie brisée, sinon supprimée sans que justice , jamais ne  soit établie, comme si, le déni du silence,
Lire la suite

Frais d’inscription illégaux à l’ université : les accusations de l’UNEF contestées

Nous vous invitons à lire cet excellent article de « VOUS, NOUS, ILS »

☛  ici !!!

Utilisés pour la formation permanente  (CNPF)  les  « shadoks » pompent tout l’été ! 🙂 avec humour !

L’immigration a sans doute des vertus !

21/07/2012             L’immigration a sans doute des vertus !

         Les experts de lOCDE viennent de publier leur rapport sur les migrations internationales. Une lecture un peu longue (420 pages) qui démontre à longueur de pages que la mondialisation économique n’est pas seulement faite de flux financiers er commerciaux mais aussi de mouvements d’hommes, de femmes et d’enfants qui transportent avec eux, à travers le monde, leurs attentes, leurs espoirs, leurs illusions avec cette énergie qui donne, tout simplement, l’envie de vivre mieux. crise économique et flux migratoires sont intrinsèquement liés !…

        Les migrations obéissent à une loi très simple ; pas d’opportunités d’emploi, pas d’immigration. Et inversement. Nous pourrions même nous passer des agences de notation et juger de la santé économique d’un pays rien qu’en observant ses flux migratoires. La Suisse est, depuis le début de la crise, le pays qui accueille le plus grand nombre d’immigrés en proportion de sa population !!

Suivie par la Norvège, la Nouvelle Zélande, l’Australie et le Canada.  A l’autre extrémité, l’Espagne en pleine déroute a enregistré en 2011 une émigration nette (50000 personnes). Et l’ Irlande a encore perdu l’année dernière 0,8% de sa population…

         Entre les deux, on trouve des pays comme la France qui n’attirent guère les immigrés. Faute de croissance et de perspectives d’emploi. Et la baisse programmée des prestations sociales ne devrait rien arranger.

      Aujourd’hui, l’Asie exporte autant ses hommes que ses marchandises. 31% des migrants vers l’OCDE en sont originaires. Elle exporte aussi ses étudiants. Plus d’un million, en majorité des chinois et des Indiens qui, pour les trois quarts d’entre eux se retrouvent dans les universités autraliennes et britanniques. Car ces trois pays ont compris depuis longtemps tout l’intérêt qu’il y a à attirer les talents du monde entier !

      La nouveauté et le problème, c’est que de plus en plus de ces étudiants retournent, une fois diplômés, dans leur pays natal. Parce qu’ils y trouvent les salaires et la croissance qui progressent à toute vitesse.  En 2011, plus de la moitié des étudiants chinois formés à l’étranger sont ainsi revenus en Chine.

Pire !! Pékin a décidé à son tour de partir à la chasse aux cerveaux et souhaite attirer 500 000 étudiants étrangers d’ici 2020. La Chine sera demain une grande terre d’immigration.  

           Alors, plutôt que de tempêter sur les immigrés, devrions-nous songer à nos petits-enfants qui en seront peut-être …  dans quelques années. Bien contents de pouvoir aller étudier à Shanghaï avec l’espoir d’y décrocher ensuite un job bien payé !