Une oligarchie de l’excellence

Écouter Patrick ici : Une oligarchie de l’excellence !              lire son blog

      En France, nous l’avons déjà dit, la première orientation dans l’enseignement supérieur se transforme vite en destin. En effet, les étudiants acceptés dans une filière sélective obtiendront presque tous leur diplôme et seront quasiment sûrs de trouver un emploi. A l’inverse, 60% de celles et de ceux qui s’engagent en première année à l’université, n’auront pas leur licence trois ans plus tard. Ces jeunes en échec sont majoritairement issus de milieux défavorisés. Un quart des enfants d’ouvriers ou d’employés quittent ainsi l’université,(16% pour l’ensemble des étudiants). Cette discrimination sociale est inquiétante car elle concerne une large partie de la jeunesse.Les critères d’accès aux filières sélectives contribuent à la répartition très inégale des privilèges d’éducation. Comme si, une forme d’état social oligarchique persistait au sein de notre démocratie.Mentionnons également le rôle de l’enseignement supérieur privé, souvent coûteux, qui attire de plus en plus d’étudiants aisés. Lire la suite

Les bacs pro ont-ils la côte ?

Ecouter Patrick FIGEAC ici :

      Le 25 mai 1985, Laurent FABIUS, alors Premier Ministre lance l’idée de créer un baccalauréat professionnel et fixe l’objectif de mener « 80% d’une classe d’âge au niveau du bac à l’horizon 2000 . Douze ans plus tard, il sera atteint sans être jamais  être remis en cause.

     Ce diplôme est encore mal connu. Chaque année, les médias font commencer les épreuves du bac le jour de la philo, oubliant qu’elle n’est toujours pas au programme du bac pro dont les candidats ont pourtant commencé à « plancher » depuis plusieurs semaines. Régulièrement, Ministres, responsables politiques appellent à revaloriser cette voie, tout en ignorant que l’accès à ce diplôme est une « première » pour les familles modestes, omettant aussi le fait que ces filières sont un territoire d’innovation pédagogique dont le lycée général ferait bien de s’inspirer ! Ces récipiendaires peuvent, comme les autres, entrer à l’université. Certes, ils y sont minoritaires et y échouent massivement malgré les tentatives pour favoriser leur accès dans les BTS.

Le bac pro mérite mieux que l’indifférence dont il fait encore l’objet. Tout est en place pour que la France se dote d’une véritable voie de réussite alternative qui, du CAP au bac+5 permettrait à la fois aux intelligences moins théoriques et aux compétences moins scolaires de s’épanouir.

      Belle idée mais, qu’en est-il dans les faits ? Le bac pro est-il un bac comme les autres? Il y a encore du chemin à parcourir pour faire évoluer les mentalités !

 

 

Médiations des savoirs : quel avenir pour le cours magistral ?

      Préconisé par les uns, rejeté par les autres, le cours magistral a-t-il un avenir à l’université ? Oui, à condition d’être plus vivant disent les étudiants !

      Le cours, mais aussi la conférence ont-ils un impact appréciable par leurs auditeurs ? Oui mais, selon quels critères ? …

L’égalité des sexes dans l’éducation

Enquête PISA  sur l’égalité dans  l’éducation  au sein des pays de l’OCDE.

     Et en France, pourquoi la réussite scolaire des filles ne se traduit pas dans la situation professionnelle ??

Égalité filles-garçons : le poids des stéréotypes sexistes

Consulter ici la brochure ministérielle : « Filles et garçons sur le chemin de l’égalité, de l’école à l’enseignement supérieur

Objectif Égalité : site ONISEP

Le bac est-il condamné ?

       En deux ou trois décennies, le bac est devenu un des objets cultes du folklore national. Son organisation d’abord : opération annuelle à grande échelle, mise au point de sujets nationaux entourés d’un secret bien gardé, chasse aux « fuites », à la fraude. Accompagnement télévisuel ensuite, reportages d’envoyés spéciaux, conseils en tout genre aux candidats, en matière d’alimentation, de pharmacopée, interventions « d’experts », corrigés des épreuves par quelque philosophe ou académicien patenté, comparaisons en pourcentage sur les « crus » des dernières années. Et enfin, scènes de liesse populaire à l’affichage des résultats !!

     Reconnaissons qu’aujourd’hui le bac ne qualifie à rien, à l’exception des bacs professionnels, mais en être privé disqualifie pour presque tout. Lire la suite

Enseignement en ligne

 

        L’ONISEP vient de publier un guide pratique sur les MOOCs, traduisez  :  enseignement en ligne. Ce modèle de transmission des savoirs est appelé à se généraliser à l’université en particulier.

Le cours magistral est devenu désuet

Nous vous invitons à lire cet excellent article  de  questions posées à Vincent Berger : « Le cours magistral est devenu désuet « 

Rapprocher le lycée de l’université, favoriser l’accés au BTS des bacs pros, tels sont les quelques mesures préconisées par le rapport BERGER.

Découvrez l’intégralité de son rapport sur les universités.