Apprenons à métaboliser nos émotions !

Écoutez Patrick ici : Gérer les émotions …    Pour  lire son blog : cliquez agir

 

     Nous sommes les héritiers d’une culture qui a longtemps diabolisé les phénomènes émotionnels considérant qu’ils perturbaient la raison. Des générations ont alors tenté de les maîtriser, de les refouler, voire de les nier. Récemment, des chercheurs ont montré que, sans elles, il ne pouvait pas y  avoir de véritable rationalité. Car, les émotions sont de l’information, elles nous renseignent sur la qualité de nos expériences. Chacune de nos perceptions génère une émotion qui devient un sentiment qui alimente nos pensées.En retour, chacune de nos pensées génère une émotion qui se manifeste dans notre corps et donne lieu à une perception. Les émotions contiennent l’énergie qui fait le lien entre le corps et l’esprit. Elles sont ce qui nous rend vivants. Lire la suite

Vie des terriens à crédit …

écoutez  le billet d’humeur de Patrick :

ÉCOCIDE !!! CRIME contre L’HUMANITÉ !!

Si nous n’appuyons pas  toutes et tous, tout de suite et partout sur un frein consommatoire, c’est la soif, pire des morts qui nous attend ainsi que nos descendants …

Le choix des mots … Ça change TOUT !

Sortir de l’entre-soi

Écouter le billet d’humeur de Patrick : Sortons de « l’entre-soi » !

          Nous sommes de plus en plus nombreux à fréquenter internet et  les réseaux sociaux sans être conscients qu’ils nous incitent à nous regrouper selon une logique tribale. Ainsi, nous croyons échanger avec d’autres personnes alors qu’en réalité, les amis glanés sur facebook comme sur twitter partagent avec nous des affinités solides. Au final, nous restons entre-nous, avec des individus qui nous ressemblent …  Les algorythmes fabriquent du tribalisme à tire-larigot, comme ces sites de vente qui connaissent si bien nos goûts qu’ils sont en mesure de nous proposer des produits les plus divers qui nous correspondent le mieux !

Il en est de même pour les idées et les opinions …

Nous avons presque toujours tendance à nous diriger prioritairement vers des sites, des lieux virtuels où nous retrouvons exprimés des propos voisins des nôtres ! Lire la suite

Une oligarchie de l’excellence

Écouter Patrick ici : Une oligarchie de l’excellence !              lire son blog

      En France, nous l’avons déjà dit, la première orientation dans l’enseignement supérieur se transforme vite en destin. En effet, les étudiants acceptés dans une filière sélective obtiendront presque tous leur diplôme et seront quasiment sûrs de trouver un emploi. A l’inverse, 60% de celles et de ceux qui s’engagent en première année à l’université, n’auront pas leur licence trois ans plus tard. Ces jeunes en échec sont majoritairement issus de milieux défavorisés. Un quart des enfants d’ouvriers ou d’employés quittent ainsi l’université,(16% pour l’ensemble des étudiants). Cette discrimination sociale est inquiétante car elle concerne une large partie de la jeunesse.Les critères d’accès aux filières sélectives contribuent à la répartition très inégale des privilèges d’éducation. Comme si, une forme d’état social oligarchique persistait au sein de notre démocratie.Mentionnons également le rôle de l’enseignement supérieur privé, souvent coûteux, qui attire de plus en plus d’étudiants aisés. Lire la suite

Chantiers pour l’école du nouveau Président

 Écouter ici le billet d’humeur  du 17 Mai 2017 … et appréciez vous-mêmes …

       Le nouveau Président de la République veut faire de l’éducation une « priorité du quinquennat » en réformant d’abord l’éducation prioritaire. Bonne idée, en apparence. Qui pourrait en effet s’opposer à la réduction des effectifs dans les classe de CP-CE1? Oui, mais où trouver les enseignants que nécessite cette mesure ? En puisant dans le vivier des maîtres surnuméraires qui oeuvraient jusqu’à présent dans le dispositif « Plus de maîtres que de classes »? Sans parler des efforts demandés aux communes pour la construction de nouveaux locaux en période de restrictions budgétaires !!! Un classique de l’ Education nationale : lancer une réforme pour la supprimer ensuite par décision politique sans évaluation. Lire la suite

Tirer sa vie au sort !

Billet d’humeur de Patrick FIGEAC :                            Tirer sa vie au sort !

Tirer sa vie au sort ?                     29/07/2017

      Nous parlons beaucoup, ces temps-ci, du tirage au sort à propos des candidats qui se voient évincés de leurs choix initiaux à l’ université. Cette mesure est contestable à bie des égards; Et pourtant !! Il y a 2500 ans à Athènes, c’est par tirage au sort  qu’étaient désignés les membres de la «Bollée», assemblée qui régissait la ville. Les Vénitiens utilisaient des boules pour élire leur doge. À Florence, au XIII me siècle, pour nommer les juges, le tirage au sort était également requis. Cette pratique fut aussi mise en oeuvre pour former l’assemblée constituante de 1000 personnes réunies en Islande en 2011.
Les jurys populaires sont sélectionnés selon cette même procédure. Aristote, Platon, Montesquieu, Rousseau l’ont célébré dans leurs écrits. Mais gouverner et sélectionner des candidats ne relèvent pas de la même logique. C’est justement ce qui fait scandale en France, seul pays au monde à le pratiquer avec la Belgique qui ne l’utilise que pour départager les candidats étrangers. Certes, ces procédés ne concernent que 1% des postulants. Face au boum démographique, certaines licences sopnt prises d’assaut et les responsables n’ont pas trouvé mieux pour choisir les candidats. Ce mécanisme est révélateur d’une société qui n’ose pas affronter les enjeux de l’excellence. Il prive les jeunes de leut vrai choix et le pays des meilleurs diplômés. Et comme par hasard, il ne touche pratiquement que les titulaires du bac professionnel, issus pour la plupart des milieux défavorisés !  Lire la suite

Universités : sortir du déni !

Écouter Patrick ici :        Universités : sortir du déni !

        Une absence remarquée !               agir-blog

    Avez-vous remarqué qu’un Minisitère a disparu dans le nouveau gouvernement : celui de l’enfance , de la jeunesse et de la famille … Bien sûr, les responsables politiques nous expliqueront que ces grands domaines ont été répartis dans d’autre sphères de la vie publique.

    Reconnaissons toutefois que la famille constitue une dimension primordiale pour chacune et chacun d’entre nous. Il en est de même pour l’enfance et la jeunesse qu’il ne s’agit pas simplement d’instruire et de former mais que nous avons toutes et tous le devoir d’intégrer dans la société, de sensibiliser à ses droits, de préparer à ses responsabilités. Or, tout se joue très tôt, dés la prime enfance.

    Enfance, famille, jeunesse ne se réduisent pas seulement à des dossiers techniques et au versement d’allocations. Nous devons impérativement remettre du social dans toutes les écoles    Lire la suite

Reconstruire notre école, l’urgence d’aujourd’hui !

Ecouter  Patrick ici :     Reconstruire notre école !

        Face à la montée des inégalités, il est plus que jamais urgent d’investir dans l’éducation, en particulier dans les établissements les plus défavorisés en proportionnant? par exemple? leur dotation au niveau social des élèves qu’ils scolarisent. Mais, cet effort sera insuffisant s’il ne s’accompagne pas d’un véritable renouveau pédagogique qui permette, entre autre, de relier les activités scolaires aux savoirs qui ont permis aux humains, tout au long de leur histoire, de s’émanciper.  Lire la suite

Mort du service public, vive le local !

Ecouter le billet de Patrick : éloge du local !               (08/07/2017)

 Mort du service public, vive le local !
La ruralité s’éteint peu à peu, les villages se vident, les jeunes partent vers les métropoles, les agriculteurs survivent quand ils ne déposent pas leur bilan, les usines qui amenaient la prospérité du coin ont fermé pour case de délocalisation, les rares lieux culturels plient boutique plus souvent que l’un ne se crée … Les bureaux de poste ont baissé le rideau, les médecins fuient vers les centres urbains, les écoles se regroupent, et les commerces de proximité ne résistent plus à l’invasion des géants de la grande distribution …
  » Vivre et travailler au pays « , ce slogan qui fleurait bon le terroir, est devenu peu à peu un rêve impossible ! Au fil des ans, notre pays a vu se multiplier des zones fragilisées par l’exil des populations et la misère de ceux qui ne peuvent pas partir, rejoints par des ex-urbains obligés de quitter la ville en raison de la flambée du coût de l’ immobilier.
Les uns et les autres tentent malgré tout de s’adapter à un environnement où les services publics sont exangues !  Lire la suite

Révolution, vous avez dit révolution ?

RÉVOLUTION ? De laquelle parle-t-on ?? ….

Écoutez le billet d’humeur hebdomadaire de Patrick FIGEAC, ici en exclusivité  durant TOUT L’ÉTÉ !

4 Juillet- 14 Juillet
Deux dates, qui font référence à deux révolutions, qui se sont déroulées dans deux contextes différents. Le 4 Juillet 1776, 13 colonies anglaises, en Amérique, votent la déclaration d’indépendance.
   En France , le 14 Juillet renvoie à la prise de la Bastile en 1789. D’une certaine manière, nous pourrions dire que la révolution américaine se termine le 4 Juillet quand débute la révolution française le 14 Juillet, 13 ans plus tard … Une révolution, c’est surtout le moment où une nouvelle élite parvient à se débarrasser de l’ancienne ! Ce fut le cas en 1776 quand les américains ont réussi à chasser leurs maîtres britanniques et ont installé une République, élaborée en Europe. en particulier en France par les philosophes des Lum!ères. La révolution se caractérise donc par ce que nous appellerions aujourd’hui un «dégagisme», un changement à la tête du pouvoir sans toutefois remettre en cause la nature même de la société. Parfois, ce chamboulement suffit, comme ce fut le cas en Amérique, il est vrai que le pays avait d’autres soucis en tête : un conflit pour survivre, une conquête territoriale à effectuer.
En France, ce ne fut pas le cas. Ni la guerre contre les ennemis de la Révolution, ni les conquêtes territoriales qui l’accompagnèrent ne parvinrent à assouvir le désir de vengeance et de pouvoir de ceux qui prétendaient parler au nom du peuple. Ils imposèrent un tel dégagisme qu’au final, ce fut malheureusement un dictateur qui prit les commandes du pays ! Lire la suite