Le bac : réforme en marche

    Tandis que la réforme du bac se concocte parmi les élites, le fléau du harcèlement scolaire ou professionnel poursuit ses ravages quotidiens sur des milliers  d’entre nousFINI la lâcheté collective, COURAGE, soyons des témoins ACTIFS !!

À écouter ici : La réforme  du bac en marche !

             Dénoncer le harcèlement est un devoir !

Lire dans le blog éducation ici

Fatima moins bien notée que Marianne ?

      « Fatima est moins bien notée que Marianne », tel est le titre du livre qui vient de sortir aux éditions de l’Aube. Nous l’avons bien compris, l’ouvrage montre que notre système éducatif pénalise les élèves musulmans. Ce n’est pas une nouveauté. Georges FELOUSIS, sociologue bordelais avait il y une dizaine d’années, déjà pointé ce phénomène dans « l’apartheid scolaire ». Le Café pédagogique a rencontré un des auteurs François DURPAIRE.

 Réaction du milieu enseignant :

Paul DEVIN, secrétaire général du SNUIPP analyse ce livre « Fatima moins bien notée que Marianne. »

                           Pour lcelui-ci :  «  il faut sortir de la caricature !!! « 

L’école : 15 ans de débat entre chercheurs et enseignants

      Un numéro spécial publié par le SNUIPP, syndicat majoritaire chez les enseignants du premier degré dans lequel vous trouverez des contributions de chercheurs spécialistes des questions éducatives.

Objectif parité en éducation !

À écouter ici : ♪  Parité en éduation pour changer le monde !

     La moitié des pays ont atteint la parité entre les sexes en éducation. Alors que dans les nations développées, les filles réussissent mieux à l’école que les garçons, 62 millions sont toujours privées de ce droit fondamental. Au primaire, 15 millions d’entre elles n’entreront jamais dans une salle de classe. Dans le secondaire, 19 pays comptent moins de 90 filles scolarisées pour 100 garçons, c’est la cas en particulier dans les pays arabes et d’Afrique sub-saharienne. Au lycée, la tendance s’inverse, elles sont plus nombreuses à terminer leurs études que les garçons à condition toutefois qu’elles aient la possibilité d’arriver jusque là !!  Lire la suite

Un rapport qui interroge !

 Écouter ici : ♪ un rapport qui interroge !!

 Un rapport qui interroge !!  lire le blog « éducation »

     Jacques GROSPERRIN, sénateur vient de remettre un rapport sur l’école au sein duquel il décline plusieurs mesures parmi lesquelles : l’interdiction des signes ostentatoires, le port de l’uniforme, la levée des couleurs, les sermons patriotiques, le rétablissement de l’examen d’entrée en sixième, le recrutement des personnels par les chefs d’établissement, l’interdiction des tablettes et des portables !

     Ces propositions sont en contradiction avec les valeurs qu’elles sont censées défendre. En effet, peut-on sacraliser l’école en excluant les signes religieux ? En pratiquant l’éviction de celles et de ceux qui n’entrent pas dans le moule?

Lire la suite

Vie lycéenne : des textes à la réalité

Vie lycéenne : des textes à la réalité   

La « semaine de la démocratie scolaire » aura lieu à la mi-octobre. Parents, élèves, professeurs éliront à cette occasion leurs délégués. Le Ministère souhaite avec cette initiative amener surtout les lycéens à s’investir dans les instances représentatives inscrites dans les textes et à s’impliquer davantage dans la vie de leur établissement.    Mais, là encore, la distance est grande entre l’impulsion nationale, le ressenti des adultes et celui des élèves  !!

             Les lycéens sont souvent peu informés, les heures prévues à cet effet sont variables d’un lycée à l’autre, un tiers des établissements n’en dispense aucune. Alors, pourquoi tant de réticences ? Surcharge de travail ? Sans doute mais les causes de cette résistance semblent plus profondes.   Lire la suite

L’ Europe a besoin de nous !

Le prologue de Patrick FIGEAC est ici : l’ Europe a besoin de nous !! ♪

Une Nouvelle Donne  ?

Nouvelle conscience !!!

       Le 25 mai, lors des élections européennes, les Français ont placé l’extrême droite en tête de ce scrutin .  Ils ont pris le risque de se lancer dans une aventure périlleuse, à l’issue incertaine. Les motifs d’insatisfaction sont nombreux et l’Ecole est concernée indirectement par les résultats de ce vote contestataire.

    D’abord, parce qu’enseigner l’Europe est difficile pour les professeurs, car c’est travailler sur un sujet délicat qui fait débat dans notre société, c’est s’interroger sur ses « limites » en tant que continent, c’est réfléchir sur ce qui peut contribuer à fonder une « identité européenne ». .En réalité, c’est à la fois un déficit d’informations, une certaine méfiance sur un sujet éminemment politique, un manque de visibilité qui empêchent souvent le corps enseignant de donner à l’Europe la place qu’elle mérite.

     D’autre part, ce sont majoritairement les jeunes, les chômeurs, les classes populaires qui ont choisi le vote extrême. L’Ecole doit s’interroger sur les sorties sans qualification, sur les évaluations qui, au lieu de soutenir, d’encourager les élèves ne pointent que leurs insuffisances. Les 150 000 sorties sans diplôme qui arrivent chaque année sur le marché de l’emploi constituent la face sombre d’un système éducatif qui a du mal à se réformer et alimente du même coup le désarroi, la colère, le dépit, la résignation de celles et de ceux qui se retrouvent en marge de la société.

     Evidemment, l’Ecole ne porte pas la responsabilité de ce « tsunami » électoral, elle a cependant sa part de travail à fournir si nous voulons que la France retrouve la place qu’elle mérite en Europe et dans le monde ! …