Adolescence : une période difficile pour le cerveau !

Ecouter  Patrick  en cliquant ci-dessous :

Faisons un peu de biologie pour permettre aux parents de dédramatiser et surtout de comprendre que leur adolescent n’a pas décidé de les ennuyer en devenant ingérable.

Le cerveau de l’ado est l’objet à cet âge d’une grande réorganisation. Il doit gagner en rapidité et entreprend de mettre de l’ordre dans son architecture neuronale.C’est ce que l’on appelle la myélisation, qui permet à l’influx nerveux de se déplacer à grande vitesse. Le problème est que ce processus s’effectue progressivement, de l’arrière du cerveau vers l’avant. De ce fait, l’ado devient très paradoxal. Il acquiert certaines compétences plus vite que d’autres, tient des discours philosophiques élaborés, tout en oubliant ses clefs auxquelles il pensait très bien tout seul, deux ans auparavant. Lire la suite

Le monde des ados

Écouter Patrick ici :   Le moment adolescent                 le blog éducation

         Nous les croyons inconscients, intempestifs, passionnés, irascibles, instables mais une récente étude de l’université de Pennsylvanie démontre que nos ados ne sont pas aussi irrationnels que nous ne le pensions. Au contraire, ils seraient en quête d’inédit, d’expériences pour se sentir pleinement vivants, heureux et conscients du monde qui les entoure. Ainsi, l’adolescence ne serait pas un temps de passage mais un temps d’arrêt. Un temps où nos jeunes découvrent à la fois le poids de leur finitude et du réel. Impression, oppression, dépression s’entremêlent alors et la réalité s’arrange pour s’insinuer entre ces mots. Dès lors, l’adolescent fait l’expérience de la dette intenable et de son impossible acquittement.
Lire la suite

Presque la moitié des adolescents français en état de souffrance psychologique ?!

Beaucoup trop d’adolescents en France se sentiraient malheureux : c’est ce que révèle une enquête de l’UNICEF !!

> Résumé selon VousNousIls              >  Analyse  sociologique parue dans le Monde

L’étude de l’UNICEF donne à réfléchir ! ….

Lire le rapport

L’école devrait s’adapter au besoin de sommeil

Pour avoir de meilleurs notes, mais aussi  améliorer la santé des élèves, il serait bénéfique de ne pas commencer les cours avant 8h30 …

Découvrir ici cette étude publiée par l’Académie américaine de pédiatrie

NARCISSE ! …

Narcisse …

Le billet de Patrick FIGEAC est ici !  ♬  Narcisse

Un moment de célébrité ou les dangers de Narcisse !!

     29 Juin 2014

        C’est une histoire qui aurait pu passer inaperçue. Au moment où les trains ne roulent plus, où le bac débute avec le sress perceptible des candidats qui s’ajoute à la crainte d’arriver en retard pour le début des épreuves …

  Mais voilà : un jeune homme est mort noyé dans le Morbihan ( à Béganne) après s’être jeté à l’eau avec son vélo  attaché à une jambe ( pour ne pas qu’on le lui vole ?! …)

Le plus sordide est qu’il s’agissait d’un défi «Facebook». C’est ce détail qui rend ce drame intolérable, incompréhensible. Pourquoi ?  Oui, pourquoi un pari stupide terminé tragiquement devient-il insupportable ? À bien y regarder, c’est l’injonction sous-jacente qui jette le trouble dans nos esprits : filmez-vous et soyez vus !!

   Selon la célèbre prophétie pathétique d’Andie WARHOL, nous aurions tous, dans un monde dit moderne, notre quart d’heure de célébrité. Or, nous ne connaîtrons jamais cet instant qualifié de «magique» ! Nous avons seulement quelques miettes, quelques secondes d’intérêt que nous partageons dans un village planétaire immatériel.

   Mais réfléchissons un peu !!! Pourquoi seraient-elles plus importantes que nos autres souvenirs, pitreries de cour d’école, exploits divers inscrits dans nos mémoires ?

  Ce qui laisse perplexe est de considérer comment au prétexte de figurer une microseconde dans la grande galaxie d’ internet, nous pourrions nous prévaloir d’une modernité adorée, d’une appartenance à un projet global. Comme si le principal n’était pas ce que nous faisons, mais pourquoi nous agissons ainsi, au mépris du danger, au risque de nous mettre en danger ! …

Même parfois fallacieusement pour de prétendues perspectives caritatives ! …

  Dans quelques jours, plus personne ne se souviendra de cette histoire,  Une histoire vraie, tragique et insensée, quand nous devrions simplement retenir que  POUR UN SIMPLE PARI, un jeune homme de 19 ans est mort noyé et  filmé, sans secours !!

   Plus sûrement dévoré par un mal contemporain, le Narcisse de l’instant !

Une jeunesse frustrée, en mal de vivre !!!

À écouter ici : ♪  une jeunesse frustrée en mal de vivre !!

   Jeunesse  frustrée en mal de vivre !

         Les résultats de l’enquête publiée par France-Télévision montrent une jeunesse (18-34 ans) profondément frustrée, désenchantée, sacrifiée. Un tiers des sondés sont en effet persuadés qu’ils ne connaîtront jamais autre chose que la crise ; quant à la vie de leurs propres enfants, 43% pensent qu’elle sera plus difficile que la leur. Ces jeunes se montrent aussi trés critiques à l’égard de notre système éducatif. 61% d’entre eux affirment que le mérite n’est pas récompensé, 61%  jugent l’Ecole injuste et incapable de réduire les inégalités sociales.

     Dans la vie professionnelle, ils n’ont guère l’impression que leurs efforts  soient reconnus. Bref, cette génération voit la vie « en noir », est en mal de reconnaissance et tentée par le départ. Non, vingt ans n’est plus le bel âge de la vie. Seule consolation : à la différence des soixante-huitards, les 18-34 ans aiment leur famille dont ils  dépendent financièrement. Mais ils en veulent à leurs aînés et s’inquiètent à juste titre  du manque d’équité entre les générations. S’ils ne sont pas en conflit de valeurs avec les baby-bomers, ils enragent de piétiner au seuiL d’une société vieillissante.

    Il y a un an pourtant, le plan interministériel prévoyait la lutte contre le décrochage scolaire, des complémentaires santé, des aides à l’emploi pour les jeunes. Mais, sur le front du chômage, la situation s’est dégradée et l’horizon reste bouché. Jamais la jeunesse en France n’a été aussi éduquée. Ces enfants de la démocratisation scolaire, de la mondialisation culturelle vivent comme une indignité de devoir survivre alors que leurs études ont fait naître de forts espoirs. Colère, indignation!!! Mais, il est cependant plus malaisé de se révolter contre un ennemi lointain et abstrait, la mondialisation, la finance, l’Europe que contre  la génération de ses parents en 1968.

Avant l’étincelle coflictuelle, occupons-nous de cette jeunesse en mal de vivre, offrons-lui un avenir, donnons-lui la place qu’elle mérite,  et vite !!!!