Rythmes biologiques selon Hubert MONTAGNER

     Au moment où les conseils d’école vont être amenés à se prononcer sur la réforme des rythmes scolaires, je vous invite à lire le texte que vient de publier le Professeur Hubert MONTAGNER qui travaille depuis des années sur cette question. À découvrir ici :    Hubert Montagner (pdf)

Carrière des femmes et rythmes scolaires

Une étude originale qui montre que la mise en place des rythmes scolaires a eu un léger impact sur le travail des femmes mais qui pointe surtout les grandes inégalités qui subsistent toujours entre hommes et femmes sur le marché de l’emploi !!!

Les ambiguïtés du ministre

Écouter  Patrick ici :

            La rentrée scolaire ne s’effectue pas sous les meilleurs auspices pour les classes défavorisées. En effet, le rétablissement des classes de latin, des sections européennes sont de bien mauvais signes pour lutter contre les inégalités.Le Ministre donne le sentiment de piloter à vue ; ainsi, il affirme prendre en compte les données de la science mais défend le redoublement, il se dit favorable à l’égalité mais reconstitue les filières qui la contredisent dans les faits. Par ailleurs, le message envoyé sur les rythmes scolaires est difficilement compréhensible. Sans concertation, sans évaluation, sans s’inquiéter de l’investissement du monde associatif ni du préjudice causé, le Ministre défait une réforme, pourtant porteuse d’espoir pour les plus fragiles. Lire la suite

Rythmes scolaires : l’hypocrisie des adultes !

          Le point de vue  d‘ Alain BOUVIER, fin connaisseur du monde de l’éducation, sur les rythmes scolaires.   » Sur les rythmes scolaires, les sommets de l’hypocrisie sont dépassés !

Semaine de 4 jours : anomalie française !

Écouter la chronique hebdomadaire de Patrick sur l’éducation : lire son blog

   La semaine de 4 jours, une anomalie bien française !

       Il est de nouveau question des rythmes scolaires. Mais l’enjeu central est évacué ! Il s’agit tout simplement du temps que nous décidons d’attribuer à l’école. Avec une question sous-jacente : Voulons-nous vraiment que nos enfants apprennent efficacement ?

  Que la France figure parmi les dernières nations au classement PISA n’inquiète guère. Il serait peut-être temps de s’en préoccuper. Les écoliers français ont eu cette année 174 jours de classe. Nous sommes dans la limite basse de nos voisins qui connaissent un taux de fréquentation compris entre 180 et 200 jours de classe par an. Comment pense-t-on combler ce retard ? En supprimant le mercredi matin ? Nous descendrons alors à 140 jours par année scolaire. Nos enfants sont-ils plus intelligents que les autres ? Nos maîtres plus efficaces ?

Si nous adoptons la semaine des 4 jours, il faut réduire la durée des congés d’été. C’est d’ailleurs ce qui se faisait avant 2008 dans certains départements qui s’étaient prononcés pour cette mesure. Si vous n’avez pas ce courage, ne touchez pas au mercredi matin !!
Lire la suite

Sur place !

Écouter Patrick ci-dessous,      lire son blog ici

C’est un constat que chacune et chacun d’entre nous peut faire en regardant vivre le microcosme politique français qui a toujours adoré élaborer des textes mais se moque bien de savoir s’ils sont efficaces ou correctement appliqués. En matière éducative, il n’aura fallu que quelques semaines pour retrouver les bons vieux réflexes de la politique. Les deux premières décisions du tout nouveau Ministre de l’Education nationale sont, à cet égard, un modèle du genre ! Lire la suite

Le nouveau décret et ses conséquences !!!

                             ♫ le nouveau décret et ses consequences  !!

Le nouveau décret et ses conséquences!!!

      L’honneur est sauf. Monsieur le Ministre a maintenu le cap sur la réforme des rythmes scolaires initiée par son prédécesseur tout en l’assouplissant. Ainsi, les activités périscolaires pourront-elles être regroupées sur un après-midi, ce qui devrait permettre une meilleure gestion des animateurs, des emplois du temps. Les communes pourront également mutualiser les personnels et offrir de « vrais emplois » dans un domaine en pleine expansion.

       Mais, cette réforme aura un coût, chiffré par l’association des Maires de France à un milliard d’euros. Dans le même temps, l’Etat a décidé de réduire ses versements aux collectivités territoriales d’environ 10 milliards. Voilà qui suffit à mécontenter les élu(e)s. Le gouvernement devrait pourtant mettre la main au portefeuille mais ses marges de manœuvre restent limitées.

Enfin, réfléchissons un peu !!! L’essentiel de la réforme n’était-il pas de réduire la journée de classe jugée trop lourde ? Certes, Monsieur le Ministre a pris soin de préserver les cinq demi-journées mais nos élèves seront à l’école six heures plusieurs jours par semaine  :  24 + 3  = 27 heures 

    Aucune formule ne résoudra à elle seule la question des inégalités scolaires. Pour y remédier, il est nécessaire de « changer l’école »; la mise en œuvre de la loi sur la refondation apporte quelques pistes salutaires: scolarisation des moins de 3 ans, plus de maîtres que de classes, lutte contre le décrochage scolaire. Il est cependant essentiel de renouveler la créativité, l’inventivité pédagogique en s’appuyant sur des expériences de terrain. Sommes-nous prêts à tenter ce pari au delà des intérêts partisans?

 

Les rythmes scolaires : audition de Georges FOTINOS par le sénat


La mission d’information sénatoriale  sur les rythmes a auditionné Georges FOTINOS, inspecteur général honoraire et spécialiste du sujet.

Précis et CLAIR !

Que de chahut et de remue-ménage!!!

Que de chahut et de remue-ménage !!!

À écouter ici : ♪ Que de chahut et de remue-ménage !

       L’école est parfois loin d’être un long fleuve tranquille. La fronde contre les rythmes scolaires a pris de l’ampleur, portée par certains élus, syndicats d’enseignants,  parents d’élèves. Au fond, chacun défend sa vision de l’école ou plutôt les horaires qui l’accompagnent. Il n’est pas inutile de rappeler ici le consensus qui régnait il y a encore quelques mois autour de ce projet tant décrié aujourd’hui. Le redécoupage du temps scolaire, avec la mise en place de nouvelles activités, apparaissait comme une mesure de justice sociale, les enfants les plus touchés par les trop  longues journées étant précisément ceux qui ne bénéficient pas d’un soutien solide et efficace à la maison. Par ailleurs, au plan européen, avec six heures de classe, la France détenait le record de la journée la plus longue et de l’année la plus condensée.

      Enseignants, parents, collectivités, associations, spécialistes de l’enfance, tout le monde semblait d’accord pour dire qu’il fallait bouger, évoluer et légiférer au profit des enfants. Pour leur bien, pour leur réussite. La mise en place sur le terrain, dans les écoles, les mairies a vite fissuré le beau consensus avec des problèmes trés concrets qui n’ont pas toujours de lien avec le confort des gamins.

     Ceux qui dénoncent la fatigue des petits, confrontés aux nouvelles cadences, ne sont-ils pas ceux qui oublient souvent de mettre une limite aux séances de jeux-vidéo ou de télévision ? Autre obstacle, bien réel, l’inégalité territoriale sur le financement des offres périscolaires promises. Pas de quoi malgré tout,  jeter « les rythmes au feu et le Ministre au milieu »  !!!