Réveillons-nous !

Écouter le billet d’humeur de Patrick ici :

Réveillons-nous !
Les corn-flakes, c’est l’aliment préféré des enfants surtout pour le petit déjeuner. Apport d’énergie le matin, au réveil, quoi de plus naturel ? Or, nous venons d’apprendre que ce produit est susceptible de contenir des glyphosates, une substance classée cancérigène probable  par une agence de l’ONU. Mais rassurez-vous, tous les paquets et les marques de céréales ne sont pas concernés !

De plus, si nous nous en tenons à ce qu’affirme Générations futures, organisation non gouvernementale qui a mené l’enquête, les taux relevés ne sont pas suffisants pour savoir si il existe un impact immédiat sur notre santé !!  Ce préalable étant posé, restons cependant prudents. Car cette substance susceptible de provoquer une destruction lente et insidieuse de nos organismes est aussi présente dans d’autres aliments de consommation courante comme les lentilles, ou la bière …   Mais que sait-on au juste du glyphosate ? C’est une substance qui a longtemps défrayé la chronique pour sa dangerosité, le round up de Monsantos. Produit toxique qui attends une nouvelle homologation européenne, sa licence expirant à la fin de l’année. Vous vous en doutez, les lobbys céréaliers et les industriels concernés sont en embuscade et exercent une pression constate sur les décideurs ! Bruxelles, de son côté, serait prêt à renouveler la licence de l’herbicide pour dix ans, mais heureusement, tous les états membres ne partagent pas cette opinion. La France, en particulier, envisage de s’y opposer lors d’un votre qui aura lieu en Octobre. Alors que faire ? Et si nous décidions tout simplement de limiter, voire stopper, nos achats d’herbicide ?  Depuis l’affaire du Fipronil  avec les oeufs cet été, beaucoup d’entre nous ont appris à regarder les étiquettes sur les emballages afin de vérifier l’origine des produits. Soyons lucides ! Aucun paquet de céréales n’affichera la présence ou non de glyphosate, mais les produits bio permettent de limiter les risques.  Les scandales sanitaires sont peut-être l’occasion de reprendre notre rôle de consommateur en main ! Devenons consom’acteurs car après tout, c’est aussi la demande qui crée l’offre !! Lire la suite

Le scandale des OGM !

Écouter le billet de Patrick ici :  le scandale des  OGM !

Pétition avec  Consommateurs pas cobayes  !    Tous nos articles à propos des OGM

    Le piège des OGM

      Il y a peu, Nicolas HULOT, ministre de la transition écologique et solidaire dénonçait les grandes firmes comme Monsanto qui veulent mettre en coupe réglée les semences de la planète. Rappelons que les modifications génétiques de certaines plantes, maïs, soja, colza, pomme de terre leur confère le pouvoir de résister à des ennemis naturels mais aussi à des herbicides. D’autres mutations analogues devraient permettre de cultiver des espèces dans des zones arides. D’où la promesse alléchante et généreuse de Monsanto : nourrir le tiers monde. Avec cette arrière pensée : assurer une domination sans partage dans ce secteur, en empochant au passage de substanciels bénéfices. Nous sommes loin de la philantropie mise en avant. Il n’y a pas de petits profits  … Mais il y a plus grave : les grandes firmes semencières ont mis au point des semences stériles, programmées pour mourir après la première utilisation.
Lire la suite

On mange trop de viande ! CABU

CABU Mai 2010

On mange trop de viande ! Articje du Jeudi 27 Mai 2010

Que cela ne vous dispense pas d’acheter Charlie Hebdo, chaque semaine, Luce Lapin publie une chronique sur la protection animale, c’est en page 14.

Chronique publiée suite au buffet-débat « De l’assiette à la planète, enjeux & éthique »

Un boulanger et  militant  « vegan «  à Vannes (Morbihan) bientôt à la TV sur  Thalassa

 

Nous ne savons plus manger !

Écoutons le billet d’humeur de Patrick Figeac :

♫ Nous ne savons plus   manger !

29/03/2014

  Nous ne savons plus manger !

     Nous mourrons et nous nous rendons malades de mal manger et, en plus, nous abîmons la planète pour enrichir le marché de la malbouffe !! Nous devons de toute urgence réapprendre à nous nourrir correctement. Mais voilà, nous sommes victimes du trio infernal : industrie agro-alimentaire- publicité -grande distribution qui nous entraînent, à notre insu, vers la régression alimentaire.

     La première transforme nos campagnes en usines avec la disparition de l’agriculture paysanne, la seconde assure la promotion des marques industrielles, la troisième déverse dans nos chariots cette malbouffe grâce au quasi monopole du marché par les grandes surfaces.

     Première victime : la jeunesse ! Selon une enquête IPSOS  d’Octobre 2012, 61% des 15_25 ans  : 10 millions d’individus, dont 20% présentent des signes d’obésité, mangent devant un écran de télévision ou d’ordinateur sans se soucier de ce qu’ils avalent …

          Grignotage, repas sautés, budget réduit, tout contribue à l’essor de ce fléau. 87% des 8-12 ans ne savent pas reconnaître une betterave ou un poireau, ignorent si le yaourt contient du lait, sont incapables de dire de quel animal provient le jambon ! … Résultat : l’obésité explose alors que le nombre de cancers et d’accidents cardio-vasculaires d’origine alimentaires a triplé !!!

   Les scandales ont beau se succéder , plus de 80% de nos concitoyens se nourrissent sans réfléchir !  Hélas, comment sommes-nous devenus ainsi les moutons de Panurge d’un processus aussi terrifiant ? Paresse, ignorance, baisse du pouvoir d’achat ? Sûrement . Reconnaissons qu’ aujourd’hui l’agro-alimentaire est devenu une banque, la publicité de ces produits, un lavage de cerveau à but lucratif et la grande distribution, une place financière !! Sans disculper les marchands de sucre et de mauvaise graisse, nous avons, nous aussi, une part de responsabilité. Rien ne nous empêche , en effet, de prendre notre destin alimentaire en main. À condition que nous soyons informés, nous disposons, trois fois par jour, d’un levier nous permettant d’enrayer ce sinistre mécanisme!

   Nous ne devons plus accepter d’être de la «chair à consommation «! Il est grand temps que le contenu de nos assiettes s’inscrive au premier plan des enjeux politiques, que la préservation de notre patrimoine agricole paysan devienne une priorité d’État, que l’enseignement du goût à l’école participe à l’instruction civique des citoyens-consommateurs de demain !

     Des préconisations doivent être prises de toute urgence : logos de couleur sur les aliments indiquant leur niveau de nocivité ou de qualité par exemple, taxation négative ou positive des produits selon leurs vertus nutritionnelles, interdiction de la publicité télévisée destinée aux enfants promouvant les aliments trop gras ou trop sucrés etc … Ces dispositions permettraient aux consommateurs de savoir exactement ce qu’ils achètent et de prendre conscience de l’impact de ce qu’ils mangent sur leur santé. Une manière simple de ne pas creuser notre tombe avec nos dents !