Le doudou téléphone

Écouter en cliquant ci-dessous :

      Le doudou, cet objet transitionnel par excellence connait des destins variés selon les enfants. Certains s’en détachent très vite pour entrer dans la cour des grands. D’autres, au contraire, le conservent précieusement et opteront  plus tard pour un objet équivalent, un peu fétiche, peut-être plus esthétique que le précédent mais investi du même besoin.  Mais le doudou peut être aussi remisé à l’écart, dans un coin tenu secret pour faire son apparition dans certaines occasions exceptionnelles: séparation, deuil, maladie, hospitalisation.

Lire la suite

Du divertissement à l’abrutissement !

Écouter ci-dessous :

Beaucoup de jeunes rêvent de participer à des émissions de télé-réalité, admirent telle ou telle « star » issue de ce genre de séquence.

Ce type de programme ne doit plus être envisagé comme un simple divertissement mais comme un phénomène de société véhiculant des croyances normatives puissantes.Des conduites très particulières y sont ainsi valorisées: désir de célébrité, individualisme, compétition, renoncement à toute forme d’intimité.

Il faut être meilleur que l’autre et, dans cet environnement de concurrence poussé à l’extrême, tout le monde est jeune, se ressemble à s’y méprendre. Jamais personne ne lit, ne se cultive, jamais rien ne dépasse, ni par le physique, ni par les opinions ou le langage. Lire la suite

16 ans, majorité numérique

le blog éducation   :   16 ans, majorité numérique, cliquez ci-dessous !

L’usage du portable, de l’Internet et des réseaux sociaux chez les enfants et les adolescents est un sujet essentiel. Phénomène de société massif, en évolution rapide et dont nous ne mesurons pas encore tous les effets induits. D’où la tentation d’appliquer dans ce domaine comme dans d’autres, le principe de précaution.

En souhaitant fixer à 16 ans le seuil de « la majorité numérique », le gouvernement prend acte du cadre juridique adopté à l’échelle européenne en 2016 pour la protection des données personnelles. Lire la suite

La psychiatrie au secours de la société ? …

Quand l’argent est un produit de l’usure et non de la richesse réellement produite,

deviendrait-il au bout du compte ( … et des calculs infinis ! ) un sérieux facteur de dérèglement   mental  ?  Voici  le billet d’humeur de Patrick FIGEAC :

Cliquez ici ☛  les psychiatres au chevet de la société