L’appel de Philippe MEIRIEU

        Philippe MEIRIEU vient de mettre en ligne un appel à faire barrage à l’extrême droite dont l’arrivée au pouvoir sonnerait le glas de notre Ecole.

Même pas honte !

Écouter le billet d’humeur ici :Même pas honte !

Au lendemain de ce débat (BFMTV)  à onze candidats s’exprimant sur les urgences du mandat présidentiel à conquérir, nous saluons ceux ayant pour cible la DETTE qui nous asservit toutes et tous avant même d’être nés !!

Récupérer nos droits fondamentaux ( création monétaire, etc) avec la priorité absolue aux énergies renouvelables  via le respect de la biodiversité et de  nos sources vitales : qualité de l’eau , de l’air   et du sol !

La fabrique des inégalités

       C’est devenu désormais une classique: « La géographie de l’école » vient d’être rendue publique. Nous y apprenons que tous les territoires ne sont pas traités équitablement, ce qui génère, in fine, des disparités dans la réussite des élèves.

Écouter Patrick ici : La fabrique des inégalités

      C’est un constat sur l’école que personne ne peut ignorer. Tous les observateurs du système éducatif, toutes les évaluations tant nationales qu’internationales ne cessent de le répéter : l’école française est inégalitaire et le fossé ne cesse de se creuser entre une élite aux résultats toujours en progression et des enfants socialement défavorisés toujours plus nombreux à subir l’échec scolaire. Lire la suite

Droits de l’enfant en débats :

☆ Écouter Patrick ici : Droits de l’enfant en débat ! le blog

En 2012, François HOLLANDE l’avait promis : la jeunesse serait placée au coeur du quinquennat. Alors que celui-ci s’achève et que les grandes mesures en la matière se sont faites rares,14 jeunes âgés de 9 à 17 ans composent désormais le collège des enfants du Haut Conseil de la famille, de l’enfance et de l’âge.  Pour la première fois, des mineurs vont émettre des avis officiels non contraignants sur des projets de loi qui les concernent !

         L’idée d’écouter les enfants résulte de l’individualisation croissante de la société. Alors que dans les années 20, la conception même du bonheur passait nécessairement par la famille, à partir des années 60, émerge la notion de bien-être individuel. Peu à peu, l’enfant devient un sujet de droits particuliers, comme les femmes, comme les malades, avec cependant une nuance de taille.C’est certes une personne comme une autre mais, pas tout à fait, puisqu’il doit être protégé des adultes car c’est un être en construction. Lire la suite

Veut-on lutter contre la fraude fiscale ?

Écouter le billet d’humeur ♪ : Veut-on lutter contre la fraude fiscale ?

Une jeunesse en quête d’espoir !

♪ Écouter Patrick ici :

Il existe en France une jeunesse debout, vive, pleine d’imagination et de générosité. Bien sûr, tous nos jeunes ne sont pas des anges mais, reconnaissons-le, dans leur immense majorité, ils sont créatifs, joyeux, heureux de vivre, ont soif de partage et d’idéaux. Ce tableau idyllique ne doit cependant pas nous faire oublier une toute autre réalité ; dans certains quartiers, des garçons, à peine pubères, imposent leur autorité sur les pratiques vestimentaires, relationnelles et sociales des femmes et des filles. Là où il y a trente ans, la solidarité était de mise, nous observons des frilosités, des peurs, des haines et des refus de savoir. Malheureusement, de plus en plus de jeunes de milieux populaires se soumettent aux injonctions du repli familial, culturel et religieux. Lire la suite

Non à la violence !

    NON à la violence !

        100 000 enfants répertoriés par l’administration, en danger par la violence d’un de leurs parents. Nous sommes bien en France où, chaque jour, 2 gamins sont blessés ou  meurent sous les coups d’un de leurs géniteurs ! Et ce phénomène écoeurant  touche de plus en plus de familles qui, sous sous prétexte de « punitions éducatives », maltraitent leur progéniture. Cette violence débute souvent par un geste apparemment anodin, la fessée ou la gifle. Illégales dans 44 pays dont 20 au sein même de l’Union européenne, ces pratiques sont considérées en France comme un acte « banal' », « normal » de l’éducation, à la discrétion des seuls parents ! Aucun texte ne l’interdit, malgré toutes les lois sur la maltraitance, malgré la Convention internationale des Droits de l’enfant de 1989, les tribunaux français refusent de les condamner, faisant référence à un « droit à la correction » qui date de 1819 !!!  Lire la suite