Comment l’école peut causer, réparer le décrochage

       Le numéro d‘Education et Formations aborde la question du décrochage scolaire sous divers aspects. Une approche originale !!!

éthologie équine

Cheval,  deviens mon ami !

Se protéger du cancer par notre alimentation

     Peu de personnes le savent diffusent des : le carcinome adore le sucre et un terrain micro-biologique acide, lequel oblige notre organisme à puiser dans ses éléments minéraux !   source : Santé, Nature, Innovation ( lien vers ce site ) 

  Se nourrir en conséquence signifie privilégier les aliments  ayant un effet ALCALIN (basique)  pour que le  taux d’acidité dit PH de notre corps reste aux alentour de 7, 35 (couleur vert clair)  sur les rubans  testeurs  qui sont trouvables en pharmacie ( si, si, insistez pour la commande : 15 euros la boîte, mais très peu de  ce papier à découper suffit ) Une goutte d’urine ou de salive permettent  l’activation du réactif qui  restitue l’information précisément.  Si  sa couleur vire à l’orange-rouge, surtout   pas de panique  :  Un  mélange de vinaigre ou citron, plus facile à boire, avec du bicarbonate de soude ou de sodium, c’est le même produit,  va produire l’effet  alcanisant recherché, à doser dans la durée grâce au test du PH Lire la suite

Miel et cannelle : un remède universel !

Cliquez sur ce diaporama pour découvrir ses  précieuses  vertus  !

 ☛ miel_et_canelle☜   ( en téléchargement )

Le pollen, biologique, présente  lui aussi d’étonnants qualités pour notre santé !

pollenAvec l’invasion des nanoparticules  dans notre environnement quotidien : alimentation, textiles, cosmétiques  etc, à  laquelle s’ajoute des PESTICIDES   « tous azimuts » , des métaux lourds dans l’eau  et résidus aériens divers,  plus que jamais

prenons soin de notre terrain micro-biologique  !! 

Parité hommes-femmes

Un dossier important sur la parité hommes/ femmes publié par le Café pédagogique.

Dossier complet avec Mme la Ministre

et le rôle  PRÉVENTIF de l’école !

Contrôle médical quasi nul à l’éducation Nationale.

Écouter ici : ♪ Médecine du travail

La médecine du travail et l’Education Nationale

             La médecine du travail est vraiment le parent pauvre de l’Education nationale. Nombreux sont les enseignant(e)s qui n’ont eu recours à ses services qu’au moment de leur embauche. Savez- vous qu’il n’y a que 68 médecins pour suivre 1 million de salarié(e)s, faites le calcul, 1 pour 15360 adultes. Pourtant, les textes imposent une surveillance des agents et une visite au moins tous les cinq ans. Mission impossible !!! Mais, ce n’est pas tout. Comment assurer dans ces conditions la surveillance médicale des personnels exposés à des risques ? Situation plus fréquente qu’on ne le croit à l’Education nationale. L’exposition à l’amiante par exemple ne fait l’objet que d’un suivi très parcellaire. La médecine de prévention ensuite n’arrive pas à répondre aux obligations légales.             Des professeurs partent à la retraite sans avoir pu prendre connaissance des risques encourus pendant leur carrière. La gestion des problèmes psycho-sociaux, harcèlement, déqualification professionnelle très fréquente au sein du système éducatif est souvent rejetée voire niée par le Ministère.

Ne soyons pas trop critiques. L’amélioration de la surveillance des agents est désormais une priorité. Le plus urgent est de recruter des médecins de prévention. Une vingtaine a été embauchée depuis 2011. La charge de travail est lourde et le salaire peu attractif.

Le bien-être des professeurs est pourtant essentiel pour rendre l’Ecole bienveillante !   L’éducation à la santé concerne tous les acteurs du système éducatif. C’est une mission primordiale qui devrait faire l’objet de toute l’attention des gestionnaires de la Rue de Grenelle. Le plus dur reste à faire !!!!

 

Grande difficulté scolaire : plus de prévention, de concertation, de formation

Grande difficulté scolaire plus de prévention … ♫

            Grande difficulté scolaire : plus de prévention, de concertation, de formation !

         Le rapport sur le traîtement de la grande difficulté scolaire était trés attendu. Il faut dire que la France, avec 8% d’élèves concernés est trés mal classée . Ce taux a même doublé depuis les années 2000. A l’école primaire comme au collège , les professeurs semblent démunis face à la montée de ces échecs massifs. Pourtant, les dispositifs d’aide (réseaux d’aide, SEGPA, classes-relais…etc) représentent 17 000 emplois. Le redoublement, jugé inefficace à peu prés autant. Deux milliards d’euros au total sont ainsi mobilisés pour soutenir 10 à 20% de la population scolaire. La moitié de ces crédits ne semblent pas servir à grand chose.

Les auteurs sont par ailleurs surpris du nombre d’élèves qui vivent  dans des conditions douloureuses et, parfois, d’une extrême gravité.Nombreux sont celles et ceux qui ne disposent pas de lieu pour apprendre, lire, réviser et qui ne sont ni aidés, ni encouragés !  Lire la suite

L’alcool et les jeunes.

30/10/2013   Le prologue de Patrick est
à écouter ici : ♪  l’alcool et les jeunes

                 L’alcool et les jeunes.

         L’alcool est un sujet que nous avons du mal à aborder avec nos ados. A lire et écouter les médias, il y aurait pourtant urgence !! L’alcoolisation démarrerait de plus en plus tôt et serait de plus en plus violente (1). Alors, y aurait-il vraiment une inflation en ce domaine? Question compliquée, disent les spécialistes. Oui, dans la manière de consommer. Il y a effectivement un pic de consommation chez les collégiens entre 13 et 14 ans, mais moins important que ce qui est médiatisé.

Nous vivons dans une société qui a peur du risque  et c’est précisément cette dangerosité qui pousse nos ados à consommer de préférence en groupe qui a  fonction d’intégration.      En effet, l’alcool prend toute sa place dans une dynamique  de consommation festive. En consommer entre copains, c’est avoir le sentiment heureux de la transgression accentuée par la complicité et le sentiment d’appartenance. Les fêtes impliquent souvent pour ne pas dire toujours une forte alcoolisation. La première cuite est vécue comme  un rite de passage, une initiation en quelque sorte.

Alors que faire? Les messages moralisateurs ne fonctionnent pas, ce sont des paroles en l’air. En revanche, la prévention du risque peut avoir un réel impact. Reconnaissons toutefois que le discours sur ce sujet en France est devenu trop médical alors que nous sommes face à un vrai danger .

       Eradiquer l’alcool étant impossible, nos jeunes doivent être avertis des conséquences à court, à moyen, à long terme  de ces pratiques. Que nous le voulions ou non, l’alcool est bel et bien rentré dans les cours des collèges et des lycées. C’est devenu  un phénomène social !!    Ne reste alors qu’une option pour les parents : tenter de prévenir : sans angélisme ni diabolisation …

(1) Les chiffres: – 59%, des élèves de 11 ans déclarent avoir consommé de l’alcool, 72% pour les 13 ans, 84% pour les 15 ans.

– 9% ont une consommation régulière (plus de 10 fois par mois) à 15 ans.

– 41% des élèves de 15 ans déclarent avoir été ivres; ils étaient 30% en 2002.

à télécharger : le numéro thématique sur l’alcool du Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire (7/05/2013) de l’ONS : — >     BEH_16_17_18_2013