Lucidités et consciences sociétales :

        Un anthropologue grec , Panagioti GRIGORIOU  ( via son blog « greekcrisis »)  nous offre des           informations journalières  sur le climat social en      GRÈCE !

crise grecque

rue grcq

climat social grec

Pour donner à penser l’impensable

               Des vidéos donnent la parole aux grands penseurs pour mieux nous faire réfléchir sur « la banalité du mal », la responsabilité et autres concepts trés utiles en temps de crise.     

                                                              Grands penseurs 

QUI sauve qui ?! …

La crise comme un modèle d’entreprise au détriment de la démocratie et la sécurité sociale  QUI sauve qui ? !! Ou pourquoi  arrêter de sauver les banques !

Thèmes du film 

1ère européenne le Mercredi 11 Février 2015

Maison des associations à Villeneuve sur Lot avec « Agir pour le vivant « 

saving WHOM ?

Qui sauve qui ?

 » Tout se passe comme prévu !!! « 

       Recentrons la réflexion sur la cause de nos problèmes  !  Les élus servent les intérêts … de ceux qui les ont fait élire :  » » les médias  » ( achetés par les banques ),  d’où la politique similaire qui en résulte !!

Écouter Etienne CHOUARD à France 2

L’Éducation Nationale est à la peine !

 ♪

  Ecouter ici Patrick Figeac  avec son prologue de son émission  hebdomadaire               » Paroles  » avec «  les quatre ateliers de Radio4 « ,  le Mercredi matin à 10 h

(« mag » en podcast  7 jrs)

La pauvreté progresse en France …

     C’est une évidence; avec la crise, la pauvreté se développe dans notre pays. Dans le même temps, les actionnaires ont vu leur bénéfice augmenter de 30% durant l’année 2013. Cherchez l’erreur !! … Et agissons !!!

À découvrir ici 

2015, crise de l’Ecole.

      Un Ministre « débarqué » à moins d’une semaine de la rentrée des élèves est inédit dans l’histoire de la République. Mais c’est surtout la symbolique qui est forte. L’Ecole n’est plus préservée, victime de la crise qui touche le pays, pire elle alimente son propre malaise. Selon un récent sondage, les enseignants jugent que l’institution scolaire fonctionne mal, 59% des Français partagent la même opinion.

   Situation professionnelle dégradée, incompréhension, méfiance envers la hiérarchie, rejet des réformes, le moral des professeurs est au plus bas. Malgré tout, ils abordent cette rentrée avec des sentiments contradictoires stressés, en colère, motivés mais découragés, désabusés mais conscients de leur responsabilité. Tous attendent un geste d’apaisement de la part du gouvernement mais le doute s’installe chez les personnels.

      Les élections professionnelles qui auront lieu dans quelques semaines sont à haut risque. Qui sera la victime du mécontentement ? L’année scolaire qui s’annonce semble bien être celle de la crise de l’Ecole. Peut-être le prix à payer pour une prise de conscience, amorce d’un projet fédérateur que tout le monde attend mais que personne encore ne peut ou ne veut mettre en œuvre.

 

Une jeunesse frustrée, en mal de vivre !!!

À écouter ici : ♪  une jeunesse frustrée en mal de vivre !!

   Jeunesse  frustrée en mal de vivre !

         Les résultats de l’enquête publiée par France-Télévision montrent une jeunesse (18-34 ans) profondément frustrée, désenchantée, sacrifiée. Un tiers des sondés sont en effet persuadés qu’ils ne connaîtront jamais autre chose que la crise ; quant à la vie de leurs propres enfants, 43% pensent qu’elle sera plus difficile que la leur. Ces jeunes se montrent aussi trés critiques à l’égard de notre système éducatif. 61% d’entre eux affirment que le mérite n’est pas récompensé, 61%  jugent l’Ecole injuste et incapable de réduire les inégalités sociales.

     Dans la vie professionnelle, ils n’ont guère l’impression que leurs efforts  soient reconnus. Bref, cette génération voit la vie « en noir », est en mal de reconnaissance et tentée par le départ. Non, vingt ans n’est plus le bel âge de la vie. Seule consolation : à la différence des soixante-huitards, les 18-34 ans aiment leur famille dont ils  dépendent financièrement. Mais ils en veulent à leurs aînés et s’inquiètent à juste titre  du manque d’équité entre les générations. S’ils ne sont pas en conflit de valeurs avec les baby-bomers, ils enragent de piétiner au seuiL d’une société vieillissante.

    Il y a un an pourtant, le plan interministériel prévoyait la lutte contre le décrochage scolaire, des complémentaires santé, des aides à l’emploi pour les jeunes. Mais, sur le front du chômage, la situation s’est dégradée et l’horizon reste bouché. Jamais la jeunesse en France n’a été aussi éduquée. Ces enfants de la démocratisation scolaire, de la mondialisation culturelle vivent comme une indignité de devoir survivre alors que leurs études ont fait naître de forts espoirs. Colère, indignation!!! Mais, il est cependant plus malaisé de se révolter contre un ennemi lointain et abstrait, la mondialisation, la finance, l’Europe que contre  la génération de ses parents en 1968.

Avant l’étincelle coflictuelle, occupons-nous de cette jeunesse en mal de vivre, offrons-lui un avenir, donnons-lui la place qu’elle mérite,  et vite !!!!