La démocratie en détresse ?

Ecouter Patrick  ici ♪ :

La démocratie en détresse !

      La démocratie que nous croyions invincible et définitivement installée donne ces derniers temps des signes de lassitude, à commencer par l’Europe où elle s’effrite sérieusement !  D’abord à cause de la médiocrité pathétique des débats. La politique nous semble pilotée par la ruse, le mensonge, la roublardise, les stratégies électorales à très court terme. Chaque jour ou presque, nous découvrons de nouvelles «affaires» malodorantes qui mettent en cause ici des élus, des partis politiques, là une banque ou des liens plus que douteux avec certains pays, la Libye par exemple … En fait, grandes ou petites, ces malversations nous rappellent que notre adversaire, c’est vraiment la finance ! Dans le même temps, nous apprenons que des accords économiques internationaux se négocient à notre insu ! 

     Nous mesurons rétrospectivement le coût exhorbitant d’erreurs technocratiques comme celles qui ont plombé AREVA et la filière nucléaire française, ou la gravité de certains scandales pharmaceutiques : Médiator,Dépakine, et tous ceux que nous ignorons encore !!

  Ainsi, les décideurs se fourvoient, gaspillent, trichent impunément sans se départirt d’une certaine forme d’arrogance, tout en exigeant des peuples patience, docilité, générosité de surcroît quand il faut payer l’addition pour les errements commis dans leurs dos ! Ce qui trouble les citoyens que nous sommes, c’est l’impression de perdre toute emprise sur le cours des choses. Oui, ce qui nous dérange, c’est l’effacement progressif de la volonté politique face aux déterminismes  obcènes et obscurs de la finance et aux tricheries révélées sans parler des paradis fiscaux qu’on nous promet d’éliminer depuis 50 ans et qui ruinent les états-nations. En France, cette évasion représente la totalité des déficits publics ! Nous sommes outrés lorsque nos responsables nous expliquent qu’ils sont démunis face aux logiques du nouvel ordre mondial. Alors, qui demain décidera pour nous ? Des commissions ? Les multinationales ? Les banques ? Nous touchons là au principe fondateur de la démocratie : la possibilité pour chaque femme, chaque homme de contribuer à son propre destin. À force de nous répéter qu’on ne peut rien changer, à force de discréditer le politique, à force d’ironiser sur le «volontarisme» battu en brèche par la toute puissance de la finance, c’est la conviction démocratique qui se dissout dans le cynisme ambiant. De telles attitudes sont dangereuses et susceptibles d’amener au pouvoir de grands démagogues et des «autoritaires» de tout poil ! Réveillons-nous car le temps presse !

Joyeux Noël quand même  !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *