Une fracture des temps scolaires !…

     La réforme des rythmes scolaires s’appliquera dés cette rentrée à des centaines de milliers d’élèves inscrits dans les établissements publics, pour se généraliser en 2014.

      Paradoxalement, c’est un mouvement inverse qui, lentement, se met en place en Amérique du Nord. Il s’agit ici de concentrer la semaine d’école sur un temps plus court afin de réduire les dépenses, en particulier dans les zones peu peuplées où le ramassage scolaire est coûteux ou dans les régions froides où le chauffage  peut être ruineux. Pourtant, comme en France, les chronobiologistes américains ont souligné les bienfaits d’une semaine étalée. Mais les économistes de l’éducation ont fait pencher la balance du côté d’un emploi du temps plus concentré.

     La réforme des rythmes aura, en France, plus de conséquences hors l’école.     La coupure du mercredi était, depuis longtemps, accusée  » de limiter la participation féminine au marché du travail » ou de favoriser le temps partiel. Bref, elle entretenait des inégalités de genre. C’est d’ailleurs pour préserver  un « certain modèle familial » que les écoles privées confessionnelles maintiennent la semaine des 4 jours, ces établissements ne sont pas soumis aux décisions des communes et du Ministère. Les risque est alors d’assister à une détérioration de la mixité culturelle et sociale. La preuve? Certaines associations continueront de proposer des activités aux écoliers le mercredi matin dans les villes qui imposent la présence en classe, cette matinée là, aux élèves du public. Seuls les enfants scolarisés dans le privé en bénéficieront. Etonnamment, ces associations demeurent souvent subventionnées par les municipalités et bénéficient de locaux pour organiser leurs activités.

       Cette année de transition où le dispositif ne sera déployé que dans une minorité de communes volontaires devra être exploitée pour tirer un premier bilan de la réforme et de rectifier le tir si le besoin s’en fait sentir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *