Cerveau et OGM

« Toute une génération d’enfants ne va pas atteindre son plein potentiel, ce qui représente une perte absolument effarante qui ne peut plus être ignorée. » déclare Kristin Schafer, auteur principal du rapport. 

Il y suffisamment de preuves scientifiques, nous ne pouvons pas abandonner nos enfants. Ce rapport compile les études publiées au cours des cinq dernières années.

Que faisons-nous au quotidien ?  Rappelons ici qu’une étude de la FAO ,comparant  le coût des agricultures intensive, raisonnée et bio a montré que la plus économique est l’agriculture Bio (l’économie agricole est faussée par les subventions aux pollueurs) et est capable de nourrir la population mondiale contrairement au discours officiel et des agriculteurs.

L’INRA mène une étude sur le long terme (commencée en 1997) qui montre que l’on peut cultiver nos plantes principales sans pesticides tel ce champ de blé qui n’a pas reçu de pesticides depuis 12 années avec un rendement proche d’un champ inondé de pesticides.

Lire l’article : http://sciences.blogs.liberation.fr/home/2012/09/cultiver-sans-herbicides-possible-dit-linra.html

Pourquoi faire vivre cette industrie en continuant à acheter ses produits ? Pourquoi laisser les cantines scolaires nourrir chaque jour nos enfants avec des pesticides contenus dans la nourriture (lire à la fin du texte « Petits rappels utiles et peu connus ») ?

Ce rapport de la PAN pointe les pesticides comme un facteur clé de maladies et de troubles infantiles, ce qui requiert une action rapide de la part des décideurs. Ainsi, les troubles d’apprentissage, le cancer infantile et l’asthme sont à la hausse aux Etats-Unis. Et en France, tout va bien ?

Ce rapport met en lumière les liens croissants entre l’exposition aux pesticides dans les lieux où les enfants vivent et une série d’impacts sur l’esprit et le corps – y compris une diminution du QI, l’hyperactivité et des troubles de l’attention, l’autisme, des cancers de l’enfant et de l’asthme.

 Comment les pesticides nuisent-ils à la santé et à l’intelligence de nos enfants ?

 – La période de l’exposition est d’une importance capitale. Si un enfant est exposé à des quantités même très faibles d’un pesticide dangereux pendant un moment particulier du développement (prénatal, …), les effets peuvent être graves – et souvent irréversibles.

 – Les enfants qui vivent dans les régions d’agriculture intensive sont plus susceptibles d’avoir un cancer infantile.

 Une réduction drastique de l’utilisation des pesticides agricoles et domestiques, en commençant par les plus dangereux pour les enfants, est la meilleure façon de protéger les générations actuelles et futures. Il y a urgence !

 Dans la vallée centrale de la Californie des zones tampons sont mises en place pour protéger les écoles et les quartiers des épandages de pesticides.

Pour lire le rapport complet (en anglais) : ‘ Une génération en danger: comment les pesticides nuisent à la santé et à l’intelligence de nos enfants ‘, Pesticide Action Network North America, 10 octobre 2012.

 Ici en Français : rapport PAN 2012
Pour signer une pétition  demandant la suspension du rondup en France 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *