Economie solidaire contre le chômage

Ecoutez ici le billet d’humeur de Patrick Figeac,

Billet 8 décembre 2012

08/12/2012                   Chômage … ou économie solidaire !

45 000 demandeurs d’emploi supplémentaires, nouvelle explosion du chômage en France … 45 000 chômeurs qui appartiennent à la terrible catégorie A, c’est à dire sans aucune activité, même réduite, c’est l’équivalent d’une grande ville privée d’emploi en un mois !

     Une tragédie dans toutes ses dimensions économique, sociale, humaine. Malheureusement nous savons pertinemment que le risque est grand de voir notre pays se fracasser contre le mur du chômage ( … et des capitaux !). Car les chiffres sont effrayants : 240 000 chômeurs supplémentaires en six mois ! Voilà donc la progression du chômage revenue à son niveau d’intensité de 2009, au plus fort de la crise des «.subprimes» ! Or, le gouvernement ne dispose pas des armes nécessaires pour faire refluer un fléau d’une telle agressivité . Pourquoi ? Parce que le strict alignement sur le dogme européen du désendettement interdit de combattre le chômage avec efficacité. Nous pouvons même affirmer que la priorité confirmée au désendettement va accélérer la progression du chômage. La preuve ? Renault va créer des emplois en Espagne et non pas en France, car la politique drastique du gouvernement espagnol va permettre au groupe automobile de payer moins cher ses ouvriers : jusqu’à quand cette course démentielle ? Et jusqu’où ?

Au nom de la compétitivité, l’Espagne défie la France, on pourrait dire aussi que le portugal défie l’Espagne, que la Chine défie le Portugal, que le Vietnam défie la Chine et que le Bengladesh défie le Vietnam, vu que l’on peut toujours chercher un pays où l’on accepte de travailler plus en gagnant moins !!

      Quand on s’engage dans la course au dumping salarial, le pire est toujours possible ! Nous n’en sommes pas encore là. mais nous savons d’ores et déjà que cette stratégie sera insuffisante, qu’il lui faudra, qu’il nous faudra du souffle, de l’espoir pour faire passer le sang et les larmes.

   Le ralentissement économique, les efforts de la rigueur ( … pas pour tous, hélas!) l’usure de la solidarité vont aggraver les situations de pauvreté en France. Si la crise financière et la gestion européenne de la dette nous ont placés dans un calendrier marqué par l’urgence, les effets sociaux de ces évènements vont se faire sentir plus progressivement. Nous le voyons bien dans notre bassin de vie où le chômage, la précarité frappent de nombreux concitoyens, les jeunes et les seniors en particulier …

      A nous d’être plus que jamais solidaires, de faire preuve d’empathie pour celles et ceux qui sont dans le dénuement ; c’est tout ce qui nous reste pour nous en sortir !! La famille car la solidarité familiale, en général, demeure forte … Mais c’est une fausse autonomie qui aggrave les inégalités. L’économie de la débrouille et du clan ? Les risques individuels et collectifs sont énormes !

Il faut compter sur la légitimité de l’économie sociale et solidaire, seule capable en ces temps de crise de donner un peu d’espoir à celles et ceux qui n’ont rien .!..

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *